L'évolution au fil du temps :

Histoire des utilitaires Mercedes-Benz.

Le véhicule utilitaire est né d'une concurrence entre Carl Benz et Gottlieb Daimler. Les entreprises fondées par ces pionniers finissent par fusionner. Cette décision a façonné l'histoire de l'utilitaire jusqu'à aujourd'hui.

L'utilitaire dans l'esprit de l'industrialisation.

L'histoire du transport de marchandises motorisé remonte aux premiers jours de l'automobile. Au début du mois d'octobre 1896, Daimler-Motoren-Gesellschaft produit le premier camion motorisé. Le véhicule était utilisé pour transporter des marchandises et avait une charge utile de 1,5 tonne. Pendant la révolution industrielle, la concurrence devient le moteur principal de l'économie. Un esprit d'innovation émerge. Seulement deux mois plus tard, le plus grand concurrent de Daimler de l'époque, Carl Benz, construit indépendamment un « fourgon de livraison » avec une carrosserie en caisson, devenant ainsi le prototype de l'utilitaire. En juillet 1897, Carl Benz présente le Benz Break, un minibus spacieux pouvant accueillir jusqu'à douze personnes. La même année, Daimler-Motoren-Gesellschaft propose également à ses clients une série de fourgons de livraison affichant des charges utiles de 500 kg à 2 tonnes. Les entreprises des deux pionniers de l'automobile entrent alors dans une concurrence qui se poursuivra jusqu'en 1926.

Le Benz Break, introduit en 1897, disposait d'un espace permettant d'accueillir jusqu'à douze personnes.

Le premier utilitaire de Daimler-Benz : le L 1000 Express.

À la fin de la Première Guerre mondiale, les conditions économiques en Allemagne sont difficiles. Les représentants de Daimler-Motoren-Gesellschaft (DMG) et Benz & Cie. fondent une co-entreprise en mai 1924 et signent le contrat de fusion des deux entreprises à la fin du mois de juin 1926. Daimler-Benz AG et sa marque Mercedes-Benz deviennent la marque commerciale que le monde entier connaît aujourd'hui : une étoile à trois branches dans une couronne de laurier. En 1927, Daimler-Benz présente le L 3/4, un utilitaire de 750 kg qui est modifié pour devenir le L 1000 Express en 1929. Sa polyvalence rappelle fortement les utilitaires modernes. Le L 1000 Express était disponible sous la forme d'un camion plateau, d'un utilitaire ou d'un minibus dix places. En 1936, le constructeur automobile souabe lance alors le 170 V sur le marché. Il devient le modèle de Mercedes-Benz, servant de base aux fourgons avec une charge utile de 350 kg.

 

Le 170 V est le modèle de base du premier véritable utilitaire d'Untertürkheim.

Le L 319 et le miracle économique.

Les usines largement détruites et le manque de matières premières après la Deuxième Guerre mondiale forcent Daimler-Benz à construire sur l'existant. Premier véritable utilitaire d'après-guerre « made in Untertürkheim, » le 170 V avec des carrosseries simples de camion plateau et d'utilitaire arrive sur le marché. Cependant, le pays se rétablit rapidement. Symbole du miracle économique allemand, l'entreprise présente le L 319 en 1955. Le nouvel utilitaire à traction au design arrondi devient un produit phare et transporte des marchandises et des services dans tout le pays. En 1969, l'atterrissage sur la lune de Neil Armstrong et le festival de musique légendaire en plein air de Woodstock marquent le début d'une ère nouvelle. La série d'utilitaires 309 de Mercedes-Benz était alors sur le marché depuis déjà plus de deux ans. La forme à présent plutôt angulaire avec son capot reconnaissable est désormais considérée comme le précurseur de l'utilitaire Mercedes-Benz d'aujourd'hui. En 1977, un classique fait son entrée : la série appelée en interne TN ou T 1, le premier nouveau produit Mercedes-Benz du segment de 1 à 2 tonnes.

Le miracle économique et le L 319 : un lien étroit ?

Le Sprinter, un enfant de l'Europe.

Avec le MB 100 dans la classe plus légère, introduit en 1987, le T 1 survit à la dernière décennie de division de l'Allemagne. Avec la réunification, les années 1990 sont la promesse d'une ère de paix. En 1995, trois nouveaux états, l'Autriche, la Suède et la Finlande, rejoignent l'Europe. Mercedes-Benz, dans l'esprit de cette nouvelle Europe, accueille également un autre membre dans sa famille, le Sprinter, qui remplace le T 1 qui a connu un vrai succès. Dès le départ, il ne s'est pas retrouvé uniquement sur les routes allemandes. En tant que véritable acteur mondial, il devient rapidement un exemple européen de réussite « made in Germany. » Un peu plus d'un an après, le Vito se rajoute comme un tout nouveau successeur du MB 100. Il complète la gamme d'utilitaires modernes de Mercedes-Benz à l'époque. Le Vaneo, présenté en 2001, comble l'espace existant entre utilitaire et véhicule de tourisme, un rôle repris par le Citan en 2012.

Aujourd'hui, le Sprinter est produit dans l'usine Mercedes-Benz de Düsseldorf, tandis que le Vito est produit à Vitoria, en Espagne.

Vers un nouveau siècle durable : l'eVito et l'eSprinter.

Avec le Sprinter, le Vito et le Citan, Mercedes-Benz Vans arrive au 21e siècle. La croissance économique mondiale en expansion a également conduit à une augmentation supplémentaire du chiffre d'affaires des utilitaires à l'étoile. Dans le même temps, dans ce nouveau millénaire, le monde est de plus en plus en recherche de durabilité. Cependant, la demande concernant les utilitaires électriques proposés par Mercedes-Benz reste faible pour le moment. L'intérêt du public pour les autres systèmes de motorisation continue de se développer. Le contexte est prêt pour l'eVito et l'eSprinter. En 2018 (eVito) et 2019 (eSprinter), le constructeur souabe élargit sa gamme de modèles en lançant les deux utilitaires avec une motorisation électrique. Le succès de Mercedes-Benz Vans peut ainsi continuer à s'inscrire dans le futur.

Le modèle T 1 :

Couronné de succès avec sa forme angulaire, il est devenu un vrai classique.

L'eSprinter : 

Conçu pour répondre aux besoins des clients modernes.

L'utilitaire du futur :

La vision Urbanetic.

Lorem Ipsum