Classe T Brocantes

Une virée "vide grenier" au milieu des volcans d'Auvergne

Sur les routes d’Auvergne, il y a les volcans endormis, mais aussi les brocantes et les vide-greniers. Aurélie Boussat y chine régulièrement. Elle en a même fait son métier.

On la suit pour une virée au volant de sa Classe T, le nouveau ludospace Mercedes-Benz dans lequel elle transporte ses trésors.

Par Henri Bonchat

Photos : François Bietry

Direction au coeur du massif du Sancy.

C'est jour de chine, et la récolte est bonne. Du petit mobilier Art déco, un miroir soleil, des tabourets tripodes, une paire de lampes 1970, des objets insolites… Heureusement, le coffre est spacieux, et elle pourra si besoin entasser d’autres trouvailles en rabattant la banquette arrière. Régulièrement, Aurélie quitte son showroom de Clermont-Ferrand pour dénicher des meubles et des objets Art Déco et décoratifs du XXe siècle dans une région plutôt réputée pour ses volcans et ses fromages.

Aujourd’hui, elle est accompagnée de sa soeur Marie. Direction les charmants villages de Murol et de Besse, au coeur du massif du Sancy, au volant de sa Mercedes-Benz Classe T. Aussi explosif que la nature du Puy-de-Dôme, ce ludospace premium est fait pour la jeune brocanteuse. Elle l’a évidemment choisi pour sa polyvalence et sa commodité, avec son grand compartiment de chargement, ses portes coulissantes et toutes les dernières technologies embarquées que l’on retrouve chez Mercedes-Benz.

Saint-Nectaire, Chambon-sur-Lac, Saint-Victor, la Rivière, Besse, les villages s’enchaînent – Aurélie connaît sa région par coeur. Pourtant, son premier réflexe, à peine installée et sa ceinture bouclée, c’est de lancer la navigation via la commande vocale « Hey Mercedes ». Le temps est doux, la route est belle pour parcourir ces sublimes petites routes. Encore quelques minutes, les toits en lauze et les façades aux reflets dorés défilent, les virages aussi – elle les sent à peine, tenue de route impeccable oblige et confort de conduite maximal. Elle est dans ses pensées. La dernière fois qu’elle est venue ici, c’était pour randonner sur les monts Dore et se baigner dans les lacs et les cours d’eau qui parcourent le pays de Murol. À moins que ce fût en hiver, pour une session de ski à Super-Besse.

Enfin, à 850 mètres d’altitude, se dessinent les silhouettes de l’imposant château de Murol, l’une des plus remarquables forteresses de France – qui d’ailleurs inspira Maupassant – et du village en contrebas. Petit stop pour un café à l’Hôtel de Paris, situé sur les hauteurs du village, offrant une vue imprenable sur le château avec, au loin, des montgolfières qui prennent leur envol. Il est encore tôt, le village se réveille doucement. Tiens, si elle faisait un détour par l’ancienne maison de l’abbé d’Estaing, contraint à la résidence surveillée dans ce château qu’il fit édifier, désormais classée monument historique, à l’emplacement d’une défense avancée.

Retour à la réalité : il est déjà 9h00, la brocante n’attend pas. Sa nouvelle Mercedes- Benz Classe T l’entraîne vers les promesses du vide-grenier sur la place de l’église. Pourquoi pas un tableau de l’école de Murol, le groupe d’artistes peintres fascinés par la beauté des paysages qui s’était installé dans ces terres au début du XXe siècle ? Ou un petit coffre de mariage auvergnat en chêne ? Finalement, si la récolte s’avère maigre, elle a tout de même déniché quelques objets décoratifs qui viendront étoffer son showroom et son site de vente en ligne. Bientôt 13h00, en route pour Besse, une autre cité médiévale de caractère où, dit-on, Marguerite de Valois, autrement appelée la « reine Margot », épouse de Henri IV, aurait séjourné. Pas de trésor en vue, mais une halte gourmande au restaurant de l’Hôtel de la Providence et de la Poste. L’accueil comme les plats y sont simples, généreux et délicieux.

Avant de reprendre le chemin du retour, Aurélie et Marie veulent s’offrir un détour en empruntant quelques jolies routes en direction des grands cols du massif. Les paysages sont grandioses. Quelques arrêts sur des parkings pour admirer les panoramas époustouflants. Le soleil commence à plonger, Aurélie est contemplative et jette un oeil précieux sur sa nouvelle Classe T qu’elle a choisie de couleur rouge rubellite, très élégante, et qui s’accorde à merveille dans ce décor naturel. Demain, Aurélie prévoit d’aller en Dordogne, toujours au volant de sa nouvelle voiture. Elle y a repéré une petite commode à retapisser. À moins que ce soit juste un prétexte pour prendre le volant… on ne le saura jamais.